Au premier jour de cette « Fameuse Tempête », déjà un enfant est tombé à l’eau
On dit que le vent l’a kidnappé en haut d’une colline et l’a précipité
comme un météore dans la mer


Le Vent Souffle sur Erzebeth, Céline Delbecq

"Je comprends, me fait-elle. S'il en est ainsi, sache que tu n'as pas fini de pleurer, malheureusement. Et si tu n'as que les larmes pour te défendre, pour te protégé, tu t'y noieras très vite. Ce n'est pas en pleurant que l'on avance dans la vie mais en se battant, en surmontant ses faiblesses, en dépassant ses limites, en se jouant de ses difficultés. Là est le mérite. Alors, converse ton capital de larmes pour d'autres circonstances, plus graves, qui ne manqueront pas de surgir au cours de ta vie."


Hé, Petite ! Yaël Hassan

Pour le second atelier d’écriture avec Hélène Vignal, les élèves devaient écrire sur un papier une chose agréable en faisant intervenir les cinq sens (le goût, le toucher, l’odorat, l’ouïe, la vue) et sur un papier d’une autre couleur, une corvée. En piochant au hasard un papier de chaque couleur, voici un extrait d’excuses amusantes qui ont été formulées.

 

Désolé maman,

 Je n'ai pas pu vider le lave-vaisselle ce matin  car je caressais mon chat.

Désolé papa,

 Je n'ai pas pu passer l’aspirateur dans ma chambre car je regardais un match de foot.

Désolée maîtresse,

 Je n'ai pas pu faire mes multiplications car je regardais les flocons de neige tomber dans la cour de l'école.

Désolé maman,

je n'ai pas pu descendre les chaussettes sales qui étaient sous mon lit car j’étais trop occupé à déguster un délicieux tiramisu.

Désolée maman,

Je n’ai pas pu ranger ma chambre car je sentais l’odeur de la tarte aux pommes qui venait de sortir du four.

Désolée maitresse,

Je n’ai pas pu faire mes devoirs car j’écoutais mon frère me raconter des blagues.

Désolée maman,

Je n'ai pas pu mettre la table car j'écoutais mon chat ronronner sur mes genoux.

Désolé Papa,

Je n'ai pas pu me lever ce matin car je mangeais un gros gâteau au chocolat dans mon rêve.

Désolé tonton,

Je n'ai pas pu faire la vaisselle car je regardais les chevreuils courir dans le champ.

 

Les élèves de CE2 CM1 CM2 de Souday

Chloé ALMY

"Pour ma part, la solitude ressemble un peu à une forêt que j'emporte partout avec moi, repliée, et dont je m'entoure après l'avoir déroulée quand le besoin s'en fait sentir. Je m'assois au pied des grands arbres de mon enfance. Là je pose mes questions, reçois les réponses, puis réduis ma forêt à la dimension d'une lettre d'amour jusqu'à la prochaine fois. C'est une expérience immédiate, rapide, informative. "

Clarissa Pinkola Estés – Femmes qui courent avec les loups - Histoires et mythes de l'archétype de la femme sauvage – Le livre de poche n°14785

"Car j'utilisais depuis mon plus jeune âge la technique dite « de la petite souris ». Très impressionné marmot par ses résultats stupéfiants, je continuais à faire confiance à ce système. Il me semblait que, dans n'importe quelle situation, il suffisait de laisser le problème se reposer sous l'oreiller, sans s'en soucier le moins du monde, pour qu'en une nuit la dent se transforme en pièce de cinq francs (avec l'âge la magie met souvent bien plus d'une nuit à opérer – mais avec l'âge on apprend également à se montrer un peu plus patient). Jusqu'à présent cette méthode m'avait toujours parfaitement réussi. "

Philippe Jaenada – Le chameau sauvage
J'ai Lu octobre 2012 – Julliard – Paris 1997

Jeudi 25 janvier, les élèves de CE1 CE2 CM1 CM2 ont eu le plaisir de rencontrer Hélène VIGNAL.

Impressionnés d’avoir une écrivaine juste devant eux, les élèves avaient de nombreuses questions.

Certaines « classiques » comme celle de Romane (CM1) : « Comment trouvez-vous l’inspiration pour écrire ? » ont été enrichies par des réponses des plus surprenantes : « J’observe tout simplement ce qui m’entoure : j’ai remarqué en arrivant que vous aviez un ballon perché dans l’arbre de votre cour de récréation, cela pourrait faire une belle histoire, qu’en pensez-vous ? On pourrait l’appeler l’arbre à ballon ou le ballonnier ? »

Hélène a conseillé aux élèves de noter sur un petit carnet les choses de la vie de tous les jours, pour ne pas les oublier.

A la question d’Arsène (CM2) : « Quel métier vouliez-vous faire à notre âge ? », Hélène lui a répondu : « Je ne sais toujours pas ce que je voudrais faire quand je serai grande… »

Les élèves ont été surpris de voir qu’Hélène leur retournait les questions : « Et vous qu’est-ce que vous voulez faire plus tard ? » L’échange est devenu naturel comme si l’écrivaine et les enfants se connaissaient depuis toujours !

Certains élèves en ont profité pour poser des questions plus « personnelles » comme Gabriel (CM1) : « Combien d’argent gagnez-vous lorsque vous écrivez un livre ? Gagnez-vous bien votre vie ? » Hélène a répondu à cette question pouvant paraître gênante par un schéma très explicite au tableau de tout le processus économique de l’écriture d’un livre à sa vente.

Ce schéma, riche de sens pour les élèves, décrivait les revenus de chaque partenaire, de l’auteur et l’illustrateur en passant par l’éditeur, l’imprimeur, le diffuseur jusqu’au libraire.

Hélène a ensuite rebondi en demandant aux enfants : « Est-ce que le plus important dans un métier, c’est l’argent ? »

Gabriel (CM1) a tout de suite répondu : « De toute façon, l’argent ça rend fou ! »

A t’il vraiment tort …. ?

La rencontre s’est conclue par la lecture du livre  Les rois du monde que l’écrivaine nous a dédicacé. Les enfants étaient ravis !

Nous avons hâte de la retrouver pour l’atelier d’écriture !

Promis, l’arbre à ballon sera toujours là…

Les CE1 CE2 CM1 CM2 de l’école du Gault du Perche et leur enseignant Maxime BESTILLE.

"Dès qu'ils peuvent, ils se vantent, et qu'il pleuve ou qu'il vente
Ils ventilent, évite-les vite ou ils t'inventent une vie"

 

Kacem Wapalek - Ventilo
Album "Je vous salis ma rue"

« Jeunesse, jeunesse ! Sois humaine, sois généreuse... Qui donc, si ce n'est toi, tentera la sublime aventure, se lancera dans une cause dangereuse et superbe, tiendra tête à un peuple, au nom de l'idéal de justice ? N'es-tu pas honteuse enfin que ce soient des aînés, des vieux, qui se passionnent, qui fassent aujourd'hui ta besogne de généreuse folie ? »

 

Emile Zola - (Brochure "Jeunesse ! Jeunesse !" 7 décembre 1897, cité dans Henri Troyat – Zola – Flammarion 1992)

« Peu importe que cela ne dure pas, la joie n'appartient pas à la durée, elle apparaît où et quand ça lui chante, comme la beauté, elle fulgure, se sauve, c'est un esprit follet, mais les petites échardes solaires qu'elle lance dans sa course se piquent dru dans la chair, ne se laissent pas oublier. »

Sylvie Germain – Petites scène capitales – Albin Michel 2013

"Si tu avais tant soit peu de probité, tu te ferais tatouer sur le front : fragile."

Svetislav Basara - Guide de Mongolie - 10/18 (Les Allusifs 2006)

"L'amour par sa qualité liquide rend mobile et flottant ce qui ne l'était pas, unit ce qui était séparé et contrairement à ce qu'on dit tient le monde."

Pascal Rambert - Répétition - Editions Solitaires Intempestifs - 2014

Chaque semaine, la médiathèque de Mondoubleau et le réseau de lecture publique proposent aux lecteurs une citation que Hélène Vignal a tirée de ses lectures et qu'elle leur offre pour le plaisir du partage et de l'échange. Chacun d'entre nous  peut donc y réagir sur ce blog en postant une autre citation, un texte, une image ou une réflexion personnelle, etc... qu'il associera librement à cet extrait.

           

On la retrouvera aussi, affichée à la médiathèque ou dans les points de lecture du réseau.

Cette semaine la citation est tirée de :

 

 Les chaussures Italiennes, Henning Mankel, Seuil 2009 - Traduit du Suédois par Anna Gibson.

 

"Les bruits, ici, paraissaient contraints de faire la queue avant d'être autorisés à entrer dans le silence. Avec la plus grande circonspection, pas plus d'un à la fois."

« Je prends les chemins qui me tendent la main » Charly, CM1

 

            Vendredi matin, Hélène Vignal est venue dans notre classe. Nous avons pu lui poser plein de questions sur son métier d’écrivain et sur ses livres.  A la question posée par Marine « Combien de temps mettez-vous en moyenne pour écrire un livre ? », nous avons appris que l’écriture d’un livre prenait plus ou moins de temps selon l’inspiration et les envies du moment. Par exemple, elle nous a montré le manuscrit d’un livre qu’elle a écrit en 5 jours seulement ! A l’inverse, elle a mis 15 ans à écrire son livre « Trop de chance ». Il y a des moments où l’on est inspiré et d’autres pas. Hélène Vignal nous a raconté comment lui était venue l’inspiration pour écrire « Gros dodo ». Un jour, elle a reçu un appel d’une amie qui lui a appris qu’une personne de son entourage était tombée dans le coma. Quand elle a raccroché son téléphone, elle avait trouvé le sujet de son futur livre. Charly a alors dit la belle phrase suivante ; «  En fait, on prend les chemins qui nous tendent la main ».  L’inspiration vient donc d’un événement, d’une rencontre ou même d’un objet. Hélène Vignal nous a aussi montré la petite figurine qui avait été le point de départ de son livre « D’où viens-tu Petit-Sabre ? Qui es-tu Morille ? ». 

            Après les questions, nous avons commencé un travail d’écriture. Chaque élève devait dire un mot au choix. Parmi tous les mots écrits au tableau, nous devions en choisir au minimum cinq et faire parler notre imagination pour écrire une histoire. Foot, enfants, grange, chien, longueur, la, homme, sauter, tracteur, Jean Bernard, un,  toiture, mouton, monde, danser, arbre, bus, cerf, 19.

            Et vous, êtes-vous inspirés par nos mots pour écrire une histoire ?

           

            Les CE2-CM1-CM2 de Souday et leur enseignante Chloé ALMY

vignal à souday

 

 

A la demande de leur professeure, les élèves des classes de 6e2 et 6e3 ont réagi librement à cette première rencontre avec Hélène Vignal et livrent ici leurs impressions :

 

« Hélène Vignal est géniale et ses livres sont super. Elle a répondu à mes questions et en plus, on va écrire notre livre. » 6e2

« Hélène est très gentille et agréable. Elle parle beaucoup mais elle explique très bien les choses. Je suis très contente d' écrire un livre avec elle. »

Chloé 6e3

« Elle a gentiment répondu à toutes nos questions. J'ai bien aimé son discours. Je suis content de travailler avec elle à la création d'un livre. »

Grégory 6e3 »

« Hélène Vignal était très attentive à nos questions, elle écoutait nos problèmes pour nous aider. Elle est très attentionnée. J'ai bien aimé la rencontre avec elle. » Célia 6e3

« J'ai bien aimé la rencontre avec Hélène car mes camarades ont posé des questions très intéressantes. J'aime bien quand Hélène parle de son métier car j'adore écrire des histoires. » Clara 6e2

« Quand je l'ai vue, j'étais contente parce que « la personne aux réponses à mes questions » était là. J'ai découvert par exemple qu'elle s'inspirait d'autres auteurs. (…)  »

« J'ai aimé ses livres. Elle nous a expliqué que parfois elle s'inspirait de ses enfants dans ses livres. J'ai été étonné qu'elle n'écrive pas à la machine à écrire mais plutôt avec un crayon ou directement à l'ordinateur. Mais ce qui m'a le plus étonné, c'est qu'on va écrire un livre avec elle. »

Mathis 6e3

 

A propos de Gros dodo, Hélène Vignal, Editions du Rouergue, 2007

« J'ai beaucoup aimé l'histoire de Gros DODO car ça parle d'une famille qui a un proche dans le coma. Ils vont tout faire pour le réveiller. Même si c'est difficile au quotidien d'avoir quelqu'un à l'hôpital, ils parviennent quand même à rester soudés et ils finissent par la réveiller. Quoi qu'il en soit, ça reste difficile d'avoir un proche à l'hôpital. Et croyez-moi, j'en sais quelque chose ! » Elly 6e2

 

A propos de Trop de chance, Hélène Vignal, Editions du Rouergue, 2007

« J'ai été surprise quand elle nous a parlé de son enfance dans une secte. Je ne m'attendais pas du tout à ça ! » 6e2

« J'ai bien aimé quand elle nous a raconté son passé et surtout sa vie dans une secte car je n'ai jamais trop su ce que c'était et là, maintenant j'ai compris et je trouve que c'est ignoble de vivre dans une secte. »  Anaëlle 6e2

« J'aime bien ses livres, j'aime bien son humour et son imagination. »

« Elle nous a demandé si on avait de l'imagination et de dire les choses les plus bizarres possibles. » Cassandra 6e3

« J'ai aimé quand Hélène Vignal a dit qu'elle aimerait être invisible et quand on a imaginé qu'on pourrait même passer à travers les murs ! Tanguy 6e2