"Si tu avais tant soit peu de probité, tu te ferais tatouer sur le front : fragile."

Svetislav Basara - Guide de Mongolie - 10/18 (Les Allusifs 2006)

"L'amour par sa qualité liquide rend mobile et flottant ce qui ne l'était pas, unit ce qui était séparé et contrairement à ce qu'on dit tient le monde."

Pascal Rambert - Répétition - Editions Solitaires Intempestifs - 2014

Chaque semaine, la médiathèque de Mondoubleau et le réseau de lecture publique proposent aux lecteurs une citation que Hélène Vignal a tirée de ses lectures et qu'elle leur offre pour le plaisir du partage et de l'échange. Chacun d'entre nous  peut donc y réagir sur ce blog en postant une autre citation, un texte, une image ou une réflexion personnelle, etc... qu'il associera librement à cet extrait.

           

On la retrouvera aussi, affichée à la médiathèque ou dans les points de lecture du réseau.

Cette semaine la citation est tirée de :

 

 Les chaussures Italiennes, Henning Mankel, Seuil 2009 - Traduit du Suédois par Anna Gibson.

 

"Les bruits, ici, paraissaient contraints de faire la queue avant d'être autorisés à entrer dans le silence. Avec la plus grande circonspection, pas plus d'un à la fois."

« Je prends les chemins qui me tendent la main » Charly, CM1

 

            Vendredi matin, Hélène Vignal est venue dans notre classe. Nous avons pu lui poser plein de questions sur son métier d’écrivain et sur ses livres.  A la question posée par Marine « Combien de temps mettez-vous en moyenne pour écrire un livre ? », nous avons appris que l’écriture d’un livre prenait plus ou moins de temps selon l’inspiration et les envies du moment. Par exemple, elle nous a montré le manuscrit d’un livre qu’elle a écrit en 5 jours seulement ! A l’inverse, elle a mis 15 ans à écrire son livre « Trop de chance ». Il y a des moments où l’on est inspiré et d’autres pas. Hélène Vignal nous a raconté comment lui était venue l’inspiration pour écrire « Gros dodo ». Un jour, elle a reçu un appel d’une amie qui lui a appris qu’une personne de son entourage était tombée dans le coma. Quand elle a raccroché son téléphone, elle avait trouvé le sujet de son futur livre. Charly a alors dit la belle phrase suivante ; «  En fait, on prend les chemins qui nous tendent la main ».  L’inspiration vient donc d’un événement, d’une rencontre ou même d’un objet. Hélène Vignal nous a aussi montré la petite figurine qui avait été le point de départ de son livre « D’où viens-tu Petit-Sabre ? Qui es-tu Morille ? ». 

            Après les questions, nous avons commencé un travail d’écriture. Chaque élève devait dire un mot au choix. Parmi tous les mots écrits au tableau, nous devions en choisir au minimum cinq et faire parler notre imagination pour écrire une histoire. Foot, enfants, grange, chien, longueur, la, homme, sauter, tracteur, Jean Bernard, un,  toiture, mouton, monde, danser, arbre, bus, cerf, 19.

            Et vous, êtes-vous inspirés par nos mots pour écrire une histoire ?

           

            Les CE2-CM1-CM2 de Souday et leur enseignante Chloé ALMY

vignal à souday

 

 

A la demande de leur professeure, les élèves des classes de 6e2 et 6e3 ont réagi librement à cette première rencontre avec Hélène Vignal et livrent ici leurs impressions :

 

« Hélène Vignal est géniale et ses livres sont super. Elle a répondu à mes questions et en plus, on va écrire notre livre. » 6e2

« Hélène est très gentille et agréable. Elle parle beaucoup mais elle explique très bien les choses. Je suis très contente d' écrire un livre avec elle. »

Chloé 6e3

« Elle a gentiment répondu à toutes nos questions. J'ai bien aimé son discours. Je suis content de travailler avec elle à la création d'un livre. »

Grégory 6e3 »

« Hélène Vignal était très attentive à nos questions, elle écoutait nos problèmes pour nous aider. Elle est très attentionnée. J'ai bien aimé la rencontre avec elle. » Célia 6e3

« J'ai bien aimé la rencontre avec Hélène car mes camarades ont posé des questions très intéressantes. J'aime bien quand Hélène parle de son métier car j'adore écrire des histoires. » Clara 6e2

« Quand je l'ai vue, j'étais contente parce que « la personne aux réponses à mes questions » était là. J'ai découvert par exemple qu'elle s'inspirait d'autres auteurs. (…)  »

« J'ai aimé ses livres. Elle nous a expliqué que parfois elle s'inspirait de ses enfants dans ses livres. J'ai été étonné qu'elle n'écrive pas à la machine à écrire mais plutôt avec un crayon ou directement à l'ordinateur. Mais ce qui m'a le plus étonné, c'est qu'on va écrire un livre avec elle. »

Mathis 6e3

 

A propos de Gros dodo, Hélène Vignal, Editions du Rouergue, 2007

« J'ai beaucoup aimé l'histoire de Gros DODO car ça parle d'une famille qui a un proche dans le coma. Ils vont tout faire pour le réveiller. Même si c'est difficile au quotidien d'avoir quelqu'un à l'hôpital, ils parviennent quand même à rester soudés et ils finissent par la réveiller. Quoi qu'il en soit, ça reste difficile d'avoir un proche à l'hôpital. Et croyez-moi, j'en sais quelque chose ! » Elly 6e2

 

A propos de Trop de chance, Hélène Vignal, Editions du Rouergue, 2007

« J'ai été surprise quand elle nous a parlé de son enfance dans une secte. Je ne m'attendais pas du tout à ça ! » 6e2

« J'ai bien aimé quand elle nous a raconté son passé et surtout sa vie dans une secte car je n'ai jamais trop su ce que c'était et là, maintenant j'ai compris et je trouve que c'est ignoble de vivre dans une secte. »  Anaëlle 6e2

« J'aime bien ses livres, j'aime bien son humour et son imagination. »

« Elle nous a demandé si on avait de l'imagination et de dire les choses les plus bizarres possibles. » Cassandra 6e3

« J'ai aimé quand Hélène Vignal a dit qu'elle aimerait être invisible et quand on a imaginé qu'on pourrait même passer à travers les murs ! Tanguy 6e2

 

 

 

« Un texte, c'est comme une pâte à pain : il faut choisir la bonne farine et le bon levain, pétrir la pâte puis la laisser reposer pour la pétrir de nouveau... »

 

Jeudi 19 et vendredi 20 octobre, Hélène Vignal a, pour la première fois de l'année, rencontré les classes de 6e du collège Alphonse Karr et celle de CM2 de l'école d'Epuisay. Briser la glace, apprendre à se connaître par le jeu traditionnel des questions à l'auteur, habilement retournées par Hélène à son jeune public pour l'amener à s'impliquer, créer ainsi les conditions d'un travail d'écriture librement consenti et poser les jalons de la prochaine rencontre, tels ont été les objectifs de ces premières séances. Tous attendent impatiemment les ateliers prévus les 16 et 17 novembre.